Photo Severine B

La solitude du spectateur

Été 2011, Séverine B s’est rendue au Festival de Chalon dans la rue avec cette question adressée au public du festival « C’est quoi pour vous la solitude du spectateur, ici en particulier ? ».
Elle y a recueilli toute une série de réactions et de réponses motivées. De cette collecte, elle a réalisé un montage audio de 15 minutes. La bande-son suit la chronologie du festival et sa déambulation de spectatrice. En relation avec Patricia Jacques, chargée des publics pour le festival, elle a convenu de présenter une première ébauche de ce travail sous forme d’une sieste sonore, dans la Rue des Publics, et bien sûr à l’heure de la sieste, durant Chalon dans la rue 2012. C’est ainsi que du 19 au 22 juillet 2012, à la Rue des Publics, près de
150 personnes ont pu trouver un temps de repos dans l’effervescence du festival et être surpris par cette écoute.

De ce premier dispositif, la Sieste Sonore, Séverine B souhaite poursuivre son expérimentation de la solitude du spectateur à Chalon dans la rue pour en proposer une promenade solitaire. Le principe de la promenade solitaire est de mener un travail auprès de plusieurs groupes de personnes autour d’un fil conducteur qui est celui de la solitude dans des contextes particuliers. Ce travail est mené en amont afin de collecter des voix, des paroles et des ambiances sonores. La matière-son collectée est ensuite travaillée pour mettre en résonance un propos et une impression de la solitude. La bande-son est ensuite proposée, à écouter à travers une promenade solitaire dans le périmètre d’un quartier, guidée par des silhouettes peintes au blanc d’Espagne sur les murs. La durée de la promenade est d’environ 30 minutes. Une promenade solitaire est réussie si les personnes ont pu s’y perdre en se laissant aller à explorer leur propre solitude.

 

Le Quartier Saint-Cosme

Chaque construction de promenade solitaire est une expérimentation particulière. Pour la solitude du spectateur à Chalon, il existe déjà les paroles des spectateurs de l’édition 2011 ainsi que du son capté en 2012. Séverine B a souhaité travailler avec des habitants du quartier Saint-Cosme. C’est un quartier en pleine mutation et aussi le lieu d’où est pensé Chalon dans la rue avec ses bureaux et L’Abattoir à proximité. Elle a cherché les croisements, les points de butées, les parallèles qui peuvent se dessiner entre une solitude du spectateur et celle d’un quartier où les traces du passé s’effacent pour en réinventer d’autres. La Solitude du spectateur de Chalon dans la rue s’inscrit dans le Manifeste pour une collection de solitudes. Pour ce projet global, à géométrie variable et déclinable dans le temps, Séverine B a été lauréate d’une bourse de recherche « ÉCRIRE POUR LA RUE 2012″. La Solitude du spectateur est un volet de cette collection.

severineb1

 

seB

 

La Compagnie

Artiste plasticienne, Séverine B a dirigé un atelier d’artistes à Forcalquier (04), Le Garage Laurent, pendant 15 ans. À l’occasion d’une expo personnelle « Déshabillez-moi » au « 3 bis f », lieu d’arts contemporain à Aix-en-Provence, elle a commencé à travailler sur sa propre représentation. Là est née l’idée de silhouettes à explorer. Avec la FAI AR (2009-2011), elle a sorti ces silhouettes dans la rue en tant que solitudes, en dessinant le contour des corps à la craie, balises de parcours solitaires, guidés par une bande-son. Ses buts : initier, développer,  promouvoir des actions artistiques en résonance et à l’écoute des différentes formes du patrimoine vivant (humain, paysager, architectural) en corrélation avec le contexte social, économique et culturel proche ou lointain.

 

Coproductions

  • Coproductions : FAI AR Panorama des chantiers (Obo-Solitudes); L’Atelier, lieu d’art visuel / Ville d’Apt (Séverine B. au Pays des solitudes); Chalon dans la Rue (la solitude du spectateur)
  • Avec le soutien de : SACD; DGCA dans le cadre d’Écrire pour la rue
  • Subventionnées par : DGCA; SACD; Ville d’Apt; Pôle de Création CG84